Le jury 2014

Pour présider le jury, l’un des membres augustes du comité de sélection, le plus berrichon et germanopratin des Danois, l’élégant et délicieux Nils Ahl, aux mille qualités et activités plus nombreuses encore. En sus de récompenser avec une régularité toute annuelle des livres passés inaperçus, il s’active stratégiquement au Conseil de Paris, compose de vigoureuses chroniques sérielles (visitez son blog : La République des séries) et collabore activement au Monde des Livres, dont il est une des plumes les plus généreuses.

nils

Khâgne et hypo-khâgne ont bien failli mettre fin à la belle relation entre Elisa Capdevila et les livres. Heureusement, il n’en fut rien. Une thèse d’histoire n’y parvint pas non plus. Devenir mère moins encore. Aujourd’hui, enseignante d’histoire au lycée Jacques Prévert et à Science Po, Elisa continue de parcourir le monde des livres de A à Z, des Amériques aux grands classiques.

Elisa

Sylvain Charpentier apprécie les auteurs confirmés mais n’a rien contre ceux encore un peu verts, bien au contraire. Lecteur amateur, si cela veut dire quelque chose, Sylvain déplore presque d’avoir un emploi beaucoup plus sérieux que celui de lire. Il participe à deux clubs de lectures : les découvertes naissent des échanges. Son meilleur moment pour lire ? Tout le temps. Quel genre ? Une lecture qui surprend. Un auteur que l’on suit, un autre que l’on retrouve. Et parfois, il retourne quand même travailler. Presque toujours.

sylvain
Après avoir cousu main son premier livre. Après avoir arpenté les cdis, les biblis, les médiathèques à la recherche de livres peu connus. Après avoir cherché des manuscrits rares d’Heidelberg à Chantilly, Anne-Laure Clément est impatiente d’ajouter de nouveaux livres sur sa table de chevet. L’auditeur attentif se souviendra peut-être qu’elle a été l’une des voix de France Culture dans son jeune temps. La barman qu’elle préfère la Pelforth brune.

anne-laure
Amaury da Cunha, de l’école nationale supérieure de la photographie à Arles aux bureaux du Monde à Paris, oscille depuis toujours entre écriture et photographie. De saccades en incidences, Amaury va de textes incisifs en images sidérantes jusqu’à notre sélection.

amaurydaCunha

Après avoir aimé les rimes en « -iste », comme journaliste pigiste limite anarchiste, Abeline Majorel désormais réaliste a bifurqué vers celles en « -eur » : entrepreneur ou community manager, avec douceur. Mais dans le fond de la geekette qu’elle est, reste l’exquise musique de la rime en « -ice » (et ho, Santiiaa … désolé), celle de lectrice. Elle s’adonne avec délice au jardinage textuel à plusieurs avec http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/, souvent abrégée sur la toile en « chroniques » et nous ne parlerons pas de cette rime-là.

Abeline Majorel
Personne n’est parfait puisque Christiane Miège est suisse. Mais beaucoup lui sera pardonné, car elle a lu, jour et surtout nuit, jusqu’à dépasser les montagnes, et échouer au niveau de la mer, à Paris : 26,72m. Depuis bientôt 20 ans, elle pérégrine entre les deux pays, et son cœur balance comme un pendule à mouvement perpétuel. Elle pense, dit et fait souvent tout et son contraire. De son couvent de jeunes filles au débauches « septantuitardes » des Beaux-Art, elle s’est finalement installée dans l’art contemporain taiseux et déplore d’avoir tout oublié des hiéroglyphes vaillamment étudiés alors. Impossible pourtant de la mettre au placard ou dans une case, sa tête dépasse toujours du moule. Sans mettre le feu ni aux livres ou au lac, elle a créé sa ligne de bijoux et désormais continue de manger du chocolat tous les jours, pour mieux voir la vie … en ROUGE.

miege

Diplômé d’un master en indécision, Romain Monnery ne sait pas s’il préfère les pâtes ou les frites. Dans le doute, il se nourrit donc essentiellement de gâteaux apéritifs et de Petit Beurre. Outre sa supposée passion pour les livres où l’on n’en fout pas une, plusieurs rumeurs farfelues circulent à son sujet – comme quoi il serait journaliste, qu’il aurait publié deux romans (« Libre, Seul et Assoupi » – au cinéma en mai 2014 – et « Le Saut du Requin », tous deux au Diable Vauvert), qu’il serait fan de sitcoms, de jeux à gratter, qu’il aurait présenté la météo les yeux fermés et qu’il serait, surtout, capable de bâiller plus vite que son ombre. Il y en a même qui disent qu’ils l’ont vu bouger mais faute de preuves la prudence reste de mise : au train où vont les choses, il pourrait bien s’agir de tentatives de déstabilisation.

RMonnery-000042

David Vauclair n’a pas décidé ce qu’il était, on lui a dit que c’était générationnel. Il prétend qu’il est auteur à Paris, chez Ellipse, consultant à Moscou, ou encore expert indépendant sur l’Ile Maurice. Il apprécie aussi les acronymes mystérieux puisqu’il donne des cours dans des écoles de commerce variées comme l’ESAM ou l’ICD, et qu’il a participé à MTM, un coûteux magazine panafricain, CKUT une radio montréalaise sans le sou, ou encore LCI. Il soutient même avec ardeur l’idée saugrenue qu’il ferait un éditeur exceptionnel.

david
Delphine Zehnder est chargée de communication du Petit Bain, la petite salle de concert parisienne qui monte plus vite que le niveau de la Seine au printemps. Elle lit des livres le soir sous ou sur la couette, le matin en attendant que la cafetière chauffe, dans les trains, bus, métro et tout autres moyens de transports qui n’obligent pas à regarder la route. Bref, la seule chose qui peut l’empêcher de lire, c’est la compagnie des gens – et encore pas tous.

Zehnder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *