Troisième nommé pour le Prix de l’Inaperçu – Ignatius J. Reilly 2015 : « La cité sans aiguilles » de Marc Torres, aux éditions Viviane Hamy

"La cité sans aiguilles" de Marc Torres, aux éditions Viviane Hamy

« La cité sans aiguilles » de Marc Torres, aux éditions Viviane Hamy

Ils sont trois, simplement désignés par leur métier, par leur fonction : l’Horloger, l’Ecrivain et le Guerrier. Tous trois ont pris la route, à la recherche d’une ville, la Cité sans Aiguilles, dont ils ne savent même pas si elle existe vraiment. Le lecteur, lui, est déjà fixé, puisqu’il a fait connaissance, magie de la narration, du Roi Blanc devenu le Roi Fou, qui a longtemps gouverné la Cité sagement, avant d’être terrassé par la douleur et de vouloir à tout prix inverser le cours du temps. Les destins des voyageurs sont bien entendu liés, entre eux autant qu’au drame qui se joue dans la Cité. Conte philosophique fascinant, qui interroge autant les fils qui tiennent nos vies et nos expériences que notre rapport à la fiction, La Cité sans aiguille intrigue, envoute puis passionne tout lecteur un minimum réceptif à ce genre peu usité dans nos contrées : la parabole romanesque. Ou peut-être doit-on dire roman parabolique ? A offrir en tout cas à tout ceux qui aiment lire entre les lignes et regarder au-delà des histoires.

Benjamin Fau

Cette entrée a été publiée dans L'édition 2015, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *