Quatrième nommé 2015 : L’Affaire des Vivants, de Christian Chavassieux, aux éditions Phébus

Christian Chavassieux, L'Affaire des vivants, éditions Phébus

Christian Chavassieux, L’Affaire des vivants, éditions Phébus

Christian Chavassieux suit un patron balzacien pour tailler un roman généreux L’Affaire des vivants. Et c’est du prêt à porter digne du Bonheur des Dames qui aurait rencontré L’Argent. Entre deux guerres, la Troisième République est propice aux rêves industriels méritocrates et aux intrigues bourgeoises. C’est ainsi que Charlemagne va tisser son réseau de haine, d’indifférence et d’argent comme un tapis à ses pieds d’homme triste. Charlemagne Persant va conquérir Lyon, mais l’homme, s’il tisse sa soie, ne deviendra jamais papillon, l’amour de sa vie étant une chrysalide noire enfermée dans l’usine de la prostitution : Rosine. De la belle ouvrage que L’Affaire des vivants : un plissé soleil classique dans le drap lourd et gris du roman industriel.

Abeline Majorel

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *